Blog de Djan GICQUEL

Informagicien, crypto-convaincu, adorateur des internets 2.0, des chats et des logiciels libres

Pourquoi pas Ubuntu ?

Publié le mercredi 6 juillet 2022, par Djan

Mis à jour le vendredi 22 décembre 2023

Mots clés : GAFAM, OpenSource®, ubuntu et dérivés,

Ubuntu est un système d’exploitation (une distribution GNU/Linux) à code source ouvert qui a été publié pour la première fois en octobre 2004. Il est basé sur Debian, possède un centre logiciel intégré et peut être installé sur des PC et des serveurs. Ubuntu est distribuée par la société commerciale Canonical, c’est important pour la suite. Elle est très populaire dans le milieu des distributions GNU/Linux, à l’heure où je rédige cet article, elle est même classée 6ᵉ sur Distrowatch.com pour l’année 2021.

Une distribution gourmande

Le principal inconvénient d’Ubuntu est son utilisation intensive de la RAM. Si votre ordinateur dispose de moins de 2 Go de RAM, vous risquez d’avoir des difficultés à le faire fonctionner. En outre, Ubuntu n’est pas idéale pour ceux qui ont besoin d’exécuter de nombreux processus d’arrière-plan à la fois.

Il peut être utile de trouver de l’aide si vous rencontrez des problèmes avec Ubuntu, mais les solutions proposées se bornent souvent à recopier des lignes de commande au hasard sans savoir ce qu’elles vont provoquer.

Le centre logiciel Ubuntu est lent et utilise beaucoup de ressources système. Ubuntu possède de nombreux paquets hérités et d’anciens fichiers de configuration qui peuvent entrer en conflit avec les versions plus récentes des applications.

Ubuntu a remplacé nombre de ses paquets par défaut par SNAP. SNAP est un système de paquets binaires (les sources ne sont pas accessibles) et compilés par Canonical. On ne peut pas savoir ce qu’il y a dedans. Ces binaires prennent beaucoup plus d’espace disques et son plus lourd à l’exécution que les traditionnels paquets Debian. Ils peuvent introduire des failles de sécurité sans que l’utilisateur en soit informé.

Une sombre histoire de pisteurs

Il y a également eu un problème d’affiliation avec la société de vente en ligne Amazon. Canonical a essayé de tirer profit du marketing d’affiliation en incluant des liens Amazon et des placements publicitaires préférentiels dans l’interface utilisateur, notamment via l’interface Unity en octobre 2012. Cette décision suscite une vive polémique au sein de la communauté des utilisateurs. Ces publicités étant liées au ciblage comportemental de l’utilisateur, elles posent notamment des problèmes de respect de la vie privée. À la suite des nombreuses protestations, Canonical a introduit la possibilité de désactiver cette fonctionnalité. La société a depuis supprimé cette affiliation dans les nouvelles versions d’Ubuntu.

Canonical fait cavalier seul

Au lieu de travailler avec la communauté du libre, la société travaille seule la plupart du temps, perdant ainsi l’avantage de recevoir des contributions de centaines de développeurs.

En avril 2011, la version 11.04 d’Ubuntu crée de nombreuses polémiques, notamment du fait de remplacer le bureau par défaut, GNOME, par un bureau interne à l’entreprise : Unity. Ce changement brusque et contesté autant en termes ergonomiques que philosophiques entraîne une dispersion d’une partie des utilisateurs vers d’autres distributions, notamment Linux Mint mais aussi Fedora ou Xubuntu.

Le 4 mars 2013, Canonical annonce le développement de son propre serveur d’affichage : Mir au détriment de Wayland. Cette annonce fait aussi objet de contestation.

Le mercredi 5 avril 2017, Ubuntu annonce l’abandon total de son gestionnaire de bureau Unity pour revenir à GNOME ainsi que son propre serveur d’affichage Mir à partir d’Ubuntu 17.10. Ubuntu Touch est également abandonné.

Canonical fait donc des pieds de nez à la communauté du libre en leur faisant comprendre qu’ils peuvent créer un écosystème à eux seuls, se plantent puis reviennent vers les logiciels communautaires.

Une vitrine commerciale

L’une des principales critiques à l’égard d’Ubuntu est son aspect commercial. Canonical semble s’éloigner un peu plus de l’identité du système d’exploitation libre à chaque mise à niveau.

Lorsque j’ai émis l’idée qu’Ubuntu était en fait un cheval de Troie pour les GAFAM, on m’a répondu que j’étais parano et qu’Ubuntu était plus facile à utiliser que d’autres distributions. J’ai comparé Ubuntu à la voiture électrique en termes d’écologie et on m’a rétorqué que ma comparaison ne tenait pas la route. Voyons cela en détails.

Dès la fin de l’installation, Ubuntu nous propose des logiciels à installer. On remarque immédiatement deux logiciels Microsoft dans la liste. C’est sans doute un hasard.

Si je fabule quand je dis que Canonical et Microsoft sont partenaires commerciaux, en principe je ne devrais pas tomber sur ce genre d’article  : Canonical recognized as a 2021 Microsoft Partner of the Year Winner, sur le site officiel de Canonical. Ou encore sur le site officiel de Microsoft, un article ventant les mérites de Canonical. Enfin Canonical est référencé en tant que partenaire officiel chez Microsoft. Canonical a aussi aidé Microsoft à intégrer bash dans Windows (la porte ouverte pour le futur Windows Cloud).

Concernant Amazon, Canonical est référencé sur le marketplace AWS. Mais on peut lire également quelques articles étiquetés Amazon sur le blog officiel de Canonical. Ils ont même développé une ISO spécialement pour AWS.

Conclusion

Ubuntu n’est peut-être pas une distribution techniquement défaillante [1]. Mais elle porte une vision politique, de l’OpenSource® GAFAMisé. Certains libristes vont se réjouir qu’une distribution soit aussi populaire, même si elle porte la vision de Microsoft et qu’elle ré-empacte des logiciels libre façon 01net ou Softonic.

Je n’ai rien de personnel contre Ubuntu, je veux juste qu’on sache où on met les pieds et quelle vision politique on défend en installant et en faisant la promotion de cette distribution.

Un message, un commentaire ?

Note : Ce forum n'est pas un espace SAV. Merci de soumettre vos problèmes sur un forum spécialisé en rapport avec votre question. Si la question concerne un script que j'ai écrit merci de me contacter par courriel.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Dernières brèves

Internet en 7 protocoles pour les nulls 23 février

Faille critique dans Outlook 22 février

IA : le devenir légume de l’humanité ? 21 février

Allez dématérialiser vos mères 10 février

La CNIL accusée de ne pas remplir « sa mission de veiller au respect du RGPD » 7 février

Le code a changé : Une vie sans Internet 21 janvier

Immersion dans un DATACENTRE avec OVHcloud à Roubaix 8 janvier

ChatGPT vient de devenir dangereux 28 décembre 2023

Les algorithmes menacent-ils l’humanité ? 26 décembre 2023

La France pour une surveillance des journalistes sans autorisation 26 décembre 2023

Dernière brève et flux RSS 24 décembre 2023

Cyberattaque : la carte des villes, départements et hôpitaux victimes en 2023 19 décembre 2023

Google Drive et le voyage dans le temps 4 décembre 2023

Outlook copie vos données vers les serveurs Microsoft 15 novembre 2023

Les VPN sont-ils utiles ? 1er novembre 2023


Articles épinglés

Rechercher

Agenda du libre en Alsace

Strasbourg : Halte à l’Obsolescence et au Pistage, Le samedi 16 mars 2024 de 14h00 à 17h00.

Maxéville : Assemblée générale, Le vendredi 8 mars 2024 de 20h30 à 23h59.

Vandœuvre-lès-Nancy : Partage de connaissances autour du navigateur Mozilla Firefox et de ses paramétrages, Le mercredi 21 février 2024 de 18h00 à 20h00.

Metz : Café numérique : naviguer sur internet en toute sécurité, Le samedi 23 mars 2024 de 14h00 à 16h00.

Metz : Réunion du BUG : initiation aux logiciels graphiques, Le samedi 16 mars 2024 de 14h00 à 17h00.


no-gafam-zone
Onestlà!
Web0 manifesto